L’AMARC demande une intervention urgente des rapporteurs pour la liberté d’expression et des peuples autochtones en défense des radios mapuches

Santiago de Chile, 2 avril 2012. AMARC Chili a réalisé une mission d’observation sur la liberté d’expression des médias et des radios communautaires mapuches, réalisée dans les régions d’Araucania et de Los Rios, au Chili, du 25 au 27 janvier 2012.
Comme résultat de cette mission, le réseau a publié un rapport qui demande une intervention urgente des rapporteurs pour la liberté d’expression et des peuples autochtones en défense à ces stations. La requête est incluse dans le rapport des résultats.
Parmi les demandes formulées aux rapporteurs de l’ONU pour la liberté d’expression et d’opinion et des droits des peuples autochtones, tout comme à la rapporteuse de l’Organisation des États américains (OEA), se trouve celle de s’occuper de la situation dans laquelle vivent les communicatrices mapuches en conséquence de leur exercice du droit à la communication.
Dans le même ordre d’idées, il est demandé à l’État chilien d’abroger l’article 36B lettre (a) de la Loi des télécommunications qui pénalise la radiodiffusions communautaire sans licence, qui touche directement la Radio Kimche Mapu, station communautaire de la Vallée Puquiñe dans la Commune de Lanco, qui a été visitée lors de la mission lors de laquelle la situation risquée de la Radio Kimche Mapu fut constatée, fruit de la législation qui pénalise la liberté d’expression.
La mission a permis aussi de constater qu’il n’existe pas de politiques publiques afin de freiner le monolinguisme et qui promeuvent, protègent et revitalisent la langue mapudungun par le biais des médias. Les médias mapuches font face à de sévères conditions économiques pour leur fonctionnement. Il n’y a pas de fonds publics de développement spécifique pour ces médias.
Les organisations qui ont fait partie de la mission ont pris connaissance, en novembre 2011, de deux cas qui affectent sérieusement le fonctionnement de radios communautaires mapuches par l’application de la Loi générale des télécommunications en vigueur, qui pénalise la transmission sans autorisation et qui permet la révocation de la licence radiophonique. À cette occasion, une communicatrice mapuche a été accusée et, même si l’action légale a finalement été suspendue suite à une décision du ministère public, elle peut redevenir en vigueur si une autre dénonciation survient.
C’est la première fois que des organisations dédiées à la défense du droit à la communication et à la liberté d’expression se proposent pour soulever et disséminer de l’information sur le terrain sur la violation des droits des radios et médias mapuches, et elles le font afin de répondre à la nécessité de compléter les rapports et dénonciations à propos des violations des droits de la personne dans les communautés autochtones.
La mission est une initiative de l’Association mondiale des radios communautaires (AMARC), et le Collectif éditorial Mapuexpress, la Fondation Pro Bono, l’Union sud-américaine d’associations de correspondants y ont participé, avec la collaboration de l’Observatoire du droit à la communication des peuples autochtones et la Coordination latino-américaine de cinéma et de communication des peuples autochtones (CLACPI) et le Centre de politiques publiques et de droits autochtones (CEPPDI).

À travers le service aux membres, le réseautage et l’implémentation de projets, l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) réunit plus de 4000 radios communautaires, fédérations et alliés des radios communautaires dans plus de 130 pays. Le principal impact de l’AMARC depuis sa fondation en 1983 a été d’accompagner et d’appuyer l’établissement d’un secteur mondial de la radio communautaire. L’AMARC plaide pour le droit à la communication au niveau international, national, local et de quartier, défend et promeut les intérêts du mouvement des radios communautaires à travers la solidarité, le réseautage et la coopération.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

PHP code

  • Vous pouvez utiliser du code PHP. Vous devrez inclure les tags <?php ?>.